Comment traiter le varroa dévastateur des colonies d’abeilles ?

Comment traiter le varroa dévastateur des colonies d’abeilles ?

Les apiculteurs le savent, le varroa, cet acarien parasite de l’abeille, est responsable de nombreuses destructions de colonies d’abeille. Dans ce sujet, étudions ce nuisible et découvrons comment traiter les ruches.

Le varroa destructor, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit donc d’un parasite faisant partie des acariens originaire de l’Asie du Sud-Est. Le varroa destructor s’en prend aux abeilles adultes mais aussi aux larves que l’on retrouve dans les ruches. Le varroa provoque ainsi des malformations et des maladies comme le couvain sacciforme. Ce qui a pour conséquence de détruire de nombreuses récoltes de miel en France et en Europe aujourd’hui. Visible à l’œil nu, il est clairement considéré comme le responsable majeur des effondrements de colonies depuis son arrivée sur l’occident à la fin des années 70.

Les lanières utilisées en traitement par les apiculteurs

Dans une tentative de traiter ce phénomène majeur, alors même qu’il faut bien aussi évoquer le fait qu’une colonie peut tout de même résister par elle-même à une petite infection de varroas, les apiculteurs et laboratoires ont mis au point des solutions protectrices à base de lanières antiparasitaires comme ici. Pour savoir si le traitement est nécessaire, il convient de vérifier le niveau de seuil d’alerte en plaçant un papier enduit de corps graisseux sur la base de la ruche. Pour chaque varroa découvert mort, on peut considérer qu’il existe entre 100 et 150 congénères dans la ruche ; Au-delà de deux mille cinq cents têtes, l’apiculteur doit commencer à songer sérieusement au traitement.

L’usage de produits pharmaceutiques pour les ruches et le varroa

En dehors des solutions traditionnelles utilisées par les apiculteurs, il est possible de recourir également à des produits pharmaceutiques qui peuvent être délivrés sur ordonnance par des vétérinaires. Cependant, si l’acide formique, qui est un acide carboxylique qui est utilisé depuis le Moyen-Age, il convient de respecter les dosages ; Le miel produit par les abeilles est, rappelons-le, consommé en suite par des êtres humains. Dans tous les cas, il convient d’avoir une réflexion préventive et curative pour éviter l’effondrement des colonies. Il faut quelques années pour que le varroa envahisse l’ensemble de la colonie après une première infection. La reproduction est assez rapide et une femelle varroa peut vivre entre un et deux mois.

Quelles sont les aspects de la colonie d’abeilles qui posent question ?

Pour pouvoir diagnostiquer en amont les problèmes liés au varroa et ce que l’on nomme la varroose, il suffit de regarder leur comportement :

  • Le fait de compter, par le papier gras, le nombre de parasites ;
  • Un couvain en mosaïque qui marque clairement ici une anomalie de la ruche ;
  • Une activité réduite ou un problème quant au vol des abeilles.

Notons que ces analyses permettent aussi de voir les problèmes liés à la loque américaine (une bactérie cette fois-ci

Toute activité suspecte et toute perte de récolte doit conduire l’apiculteur à effectuer ce diagnostic et à contacter au besoin un spécialiste, un vétérinaire ou un pharmacien animalier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *